infos

fongecif

 

Attribut conseils membre
du réseau FONGECIF
et habilité centre de bilan

 

 

 

 

Suivez notre actualité :

 

facebook twitter
linkedin google
viadeo youtube

 

la-presse-en-parle

Conseils

Peut-on se fier à nos entretiens d'embauche ?

Depuis longtemps, l'entretien d'embauche s'avère de loin l'outil de sélection le plus populaire. La popularité n'étant pas nécessairement un gage d'efficacité, la question suivante se pose : l'entretien permet-il effectivement de prendre de bonnes décisions d'embauche? Cet article répond à cette question tout en retraçant l'évolution des meilleures pratiques d'entretien.

Au cours des trente dernières années, la crédibilité de l'entretien et la façon de la mener ont beaucoup évolué. En effet, ceux qui ont étudié en ressources humaines dans les années 1980 se souviendront qu'à l'époque, les recherches concluaient que l'entretien n'était pas une méthode de sélection bien plus valide que de tirer à pile ou face, alors que les tests d'habileté prédisaient fortement la performance. Malgré tout, forts de leur intuition quant à son utilité, les recruteurs ont continué d'accorder une place prédominante à l'entretien dans leurs pratiques.

Dans les années 1990, les chercheurs ont réalisé qu'ils avaient fait fausse route et ont clairement démontré que les entretiens, lorsqu'ils sont bien structurés et qu'ils sont centrés sur les comportements, peuvent prédire la performance au travail. Ce fut alors l'époque des entretiens étroitement encadrés et élaborés avec un canevas duquel on ne déroge pas, des questions portant sur des exemples concrets de comportements passés, ainsi que des grilles systématiques de correction des réponses.

Aujourd'hui, dans un contexte marqué par la guerre des talents et par l'arrivée de nouvelles générations aux profils forts différents, il semble nécessaire d'effectuer un virage important et de redéfinir les meilleures pratiques d'entretien.

Tout d'abord, l'entretien devrait être envisagé non seulement comme un outil de prédiction de la performance, mais également comme un outil pour attirer le candidat convoqué en entretien. La fluidité de l'échange ne doit donc pas être compromise par une structure d'entrevue trop rigide, même si cette structure permet d'évaluer avec un maximum d'efficacité les compétences que l'on recherche.

Voici en rafale quelques principes à retenir pour que l'entretien permette à la fois de prédire avec exactitude la performance au travail et de favoriser l'attraction et l'engagement futur de l'employé :

  • Préparez-vous et adaptez votre processus en définissant aussi bien l'impression que vous voulez laisser au candidat en tant qu'employeur que les compétences que vous souhaitez mesurer.
  • L'entretien devrait prendre la forme d'un échange ouvert plutôt que d'un interrogatoire. Toutefois, il ne doit pas se transformer en conversation improvisée, parce que cela nuirait à la précision de l'évaluation et à l'impression de professionnalisme qu'on souhaite donner au candidat.
  • Évitez les canevas d'entretien qui vous contraignent à poser toujours les mêmes questions dans le même ordre, optez plutôt pour des questions très ouvertes sur les motivations et le cheminement de carrière, avec une banque de questions d'exploration vous permettant de vérifier vos cibles spécifiques.
  • Ne posez pas uniquement des questions sur les compétences que vous recherchez. Questionnez l'individu sur ses motivations et ses talents et témoignez-lui un intérêt authentique en lui montrant que vous désirez apprendre à le connaître comme personne.
  • Réservez au candidat un accueil aussi chaleureux et courtois que celui que vous réservez normalement à un visiteur très attendu.
  • Acceptez que le candidat vous «passe» également en entretien. Les meilleurs candidats ont davantage d'options d'employeurs que vous avez d'options de candidats.
  • Sachez vendre votre organisation en vous positionnant en tant qu'employeur. Attention toutefois à la grande séduction: évitez les fausses promesses.
  • Soyez attentif aux signes non-verbaux du candidat et aux vôtres, car ils sont souvent encore plus éloquents que le discours.
  • En entretien, le défi ne consiste pas tant à poser les bonnes questions qu'à bien interpréter les réponses. Pour éviter d'accorder trop d'importance aux impressions générales, dotez-vous d'une grille d'évaluation des compétences comportant des indices de comportement clairs. Cela facilitera la comparaison des candidats entre eux.
  • Mettez régulièrement vos compétences d'intervieweur à jour en participant à des ateliers pratiques.

J'entends plusieurs lecteurs se dire: « Moi, je n'ai pas besoin de revoir mes pratiques d'entretiens. Mon intuition sur les gens ne me trompe jamais! »

Oui, l'intuition joue un rôle clé, tout comme d'ailleurs votre intérêt sincère à dialoguer. Toutefois, les efforts que vous fournirez pour optimiser vos entretiens pourraient avoir une influence marquée sur votre capacité à attirer et à identifier, voire à mobiliser les candidats qui contribueront le plus à l'atteinte de vos objectifs organisationnels.

N'oubliez pas que les candidats se préparent aux entretiens.